Décider qu'une story est prête

6D1.png

Début juin 2015, en pleine écriture de mon livre, je n'avais encore que 4D et demi. Dans l'édition 4, il y a bien les 6, pages 82 et 83, chapitre Affiner le backlog. Voici l'extrait qui en cause :


C’est l’équipe qui décide si une story est prête. Pour prendre sa décision, elle pourra s’appuyer sur une liste de vérifications, la définition de prêt.

La définition de prêt est élaborée par l’équipe et dépend du contexte. Une façon simple pour démarrer est de se baser sur 6 caractéristiques de la story, les « 6D »

Les « 6D »

  1. Désirable : pour être sûr que la story apporte de la valeur à quelqu’un.
  2. Décomposée : ce n’est plus une story épique.
  3. Débattue : elle a été discutée en équipe lors des séances d’affinage, au cours de conversations.
  4. Dérisquée : néologisme pour signifier que les risques sur cette story ont été réduits.
  5. Elle possède une définition de fini : pour qu’elle soit prête, c’est bien de savoir ce qui permettra de dire qu’elle est finie.
  6. Démontrable : on saura la montrer à la revue, lors de la démo.

Exemple avec la story Ajouter un parcours de promenade de chien

  • Désirable : Kevin, le directeur commercial, y tient beaucoup pour ses clients urbains.
  • Décomposée : Ce n’est plus une épique, sa taille est de 2 points.
  • Débattue : Le 18 juin, lors de la séance d’affinage.
  • Dérisquée : Laurent, l’expert de la cartographie, est disponible 3 jours.
  • Définition de fini : C’est une user story, qui reprend les vérifications de fini pour ce type de story.
  • Démontrable : La condition d’acceptation positive d’ajout de parcours après la promenade est décrite.

Ces 6D servent de guides lors des conversations d’affinage.