Passer des colonnes aux bacs

bacSimple.jpg

Quand on élabore un tableau, on place généralement le nom des colonnes au niveau des yeux. Et on met les éléments de travail en dessous.

Un problème survient quand il y a un nombre significatif d’éléments dans une colonne : cela peut descendre bas, bien en dessous du champ visuel. C'est particulièrement vrai quand il n'y a pas de limite sur le travail à finir. J'ai vu des tableaux avec les éléments du bas entassés les uns sur les autres, complètement illisibles sans s'approcher et sans les manipuler.

C'est pourquoi je conseille d'utiliser des bacs à la place des colonnes. Un bac c'est une colonne à l'envers, avec le nom en bas. On met les éléments au-dessus du nom du bac.

Kanban

bacTaf.jpgSi on fait du Kanban, on voit bien apparaître les stocks dans les bacs.

Je conseille de mettre en haut la limite de TAF. Elle sera plus visible.

Encore mieux, on peut placer cette limite à l'endroit où elle contraint physiquement l'ajout de nouveaux éléments.

Scrum

Si on fait du Scrum, l'utilisation des bacs se révèle aussi très intéressante pour montrer la vie des stories.

Dans le chapitre Backlog de l'édition 3 de mon livre Scrum, j'introduis les différentes parties du backlog :

  • le bac à sable pour y proposer toutes les idées,
  • le bac de culture pour faire pousser les stories,
  • le bac de départ pour les stories prêtes,
  • le bac de sprint (avec éventuellement un bac de démo pour les stories finies pendant le sprint),
  • le bac de récolte pour les stories à déployer.

En option, il y a aussi le bac à glace, pour y geler les stories en attendant la prochaine release.

Pour le management visuel, on place les bacs côte à côte, ce qui donne :

lesBacs.jpg