Sticky notes

Rétrochâtaigne du Raid 3

Sticky notes collectées lors de la rétrochâtaigne du Raid Agile #3 en Cévennes.

Il y a quelques semaines, j'ai reçu un courrier (une lettre recommandée avec accusé de réception, quand même) des avocats de la société 3M, pour me dire que j'avais un usage inapproprié de la marque de leur client sur mon site. Là où vous êtes en ce moment, mon blog, donc.

J'ai été surpris. Je m'attendais plutôt à recevoir de 3M des paquets de notes collantes pour me remercier de leur avoir fait de la pub gratuite depuis des années ici et ailleurs.

Je pense que leur démarche est contre-productive pour la marque qu'ils sont censés défendre. J'ai bien eu envie de leur expliquer, de leur dire que le mouvement agile était un gros consommateur de notes collantes de bonne qualité. Et que le terme était devenu une antonomase de fait. Et que, mais pourquoi moi, pourquoi maintenant ?

Mais, après avoir demandé conseil à mon fils, qui est avocat, je ne vais pas le faire. Il m'a conseillé d'éviter de perdre mon temps avec des avocats d'affaires.

Je n'ai pas l'intention de suivre leur recommandation d'ajouter un R entouré chaque fois que je parle de leur marque. D'ailleurs je ne sais pas où ça se trouve sur mon clavier et je ne veux pas le savoir.

Ou comme Wikipedia, ajouter Note devant. Je ne vais pas non plus utiliser pense-bête, papillon adhésif, papillon autocollant ou becquet.

Je vais dire note collante. En fait, je vais y revenir, car c'est ce que j'employais il y a quelques années ici même.

Je vais même le dire en anglais : sticky note (comme dans cet article : The Surprising Persuasiveness of a Sticky Note). J'aime bien sticky en ce moment, depuis la sorte de la version remastérisée de Sticky Fingers, que je réécoute avec beaucoup de plaisir.

Commentaires

1. Le mercredi 12 août 2015, 21:22 par Fabrice Aimetti

C'est dingue ! Je me demande s'il n'y a pas eu confusion avec les autres 3M : Mura, Muri, Muda :)

2. Le jeudi 13 août 2015, 11:25 par JeanPhiD

Et pour info, « post-it » est un anglicisme présent dans Le Robert et dans le Larousse et identifié comme un nom masculin invariable. La marque est donc entrée dans le langage courant...

3. Le jeudi 13 août 2015, 11:28 par Laurent Morisseau

Incroyable ! j'adopte sticky notes moi aussi du coup.

4. Le jeudi 13 août 2015, 14:15 par Pascal Venier

C'est tout à fait déplorable, mais sur un plan purement légal, cela fait-il pas partie des mesures à prendre pour éviter qu'une marque ne devienne un terme générique, même si post-it figure désormais dans le Larousse?
Ce qui me paraît le plus étrange dans cette affaire c'est que d'après le site de INPI, Institut français de la propriété industrielle, le R entouré d'un cercle n'a aucune valeur juridique en France.
"Les lettres ™ ou ® sont utilisées dans les pays anglo-saxons pour mentionner que le nom (ou le signe) est une marque de commerce (TM : trademark), ou a fait l’objet d’un enregistrement (R : registered : marque enregistrée).
Alors que l'utilisation de ces lettres a une signification précise dans ces pays, leur utilisation n'a aucune portée juridique en France." Cf. http://www.inpi.fr/fr/faq/questions...
Ici au Canada on emploie DM en français et (r) en anglais.

5. Le jeudi 13 août 2015, 15:20 par Avocat en propriété intellectuelle

Bonjour,
J'aime bien le commentaire de votre fils avocat qui pense qu'il ne faut pas perdre de temps avec les avocats d'affaires..
Sur le fond du problème, les avocats de 3m agissent comme cela pour tenter d'éviter de perdre leur marque. En effet une marque devenue une antonomase (merci car je vais me coucher plus instruit) ne peut plus être utilisée pour faire cesser des usages par un concurrent. C'est ce qui est arrivé à Frigidaire et à une marque de cocktail (zut le nom m'échappe).
Plutôt que de bouder, vous pouvez les envoyer paître en leur indiquant que jamais un lecteur d'attention moyenne ne va croire que vous êtes fabricant de post-it.
Et que donc vous ne donnerez pas suite à leur aimable réclamation.
Mais finalement, votre attitude est peut-être la meilleure réponse: plus de pub gratuite pour 3m.
La propriété intellectuelle est une matière sujette à polémique. La lettre que vous avez reçue en est un bel exemple.
Cordialement

6. Le jeudi 13 août 2015, 17:52 par Nouill

J'ai modifié sur Wikipédia, il y a eu pas quelques disputes à ce sujet apparamment, avec une personne qui a l'air d'être mandaté/employé par l'entreprise pour essayer de changer l'usage. Voir : https://fr.wikipedia.org/w/index.ph...

7. Le dimanche 16 août 2015, 08:24 par Fabien Tregan

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est que c'est probablement moins 3M que les avocats eux même -qui peuvent "vendre" de la protection de la marque en interne- qui cherchent à gagner quelque chose.
Parce que des fois on produit de la valeur uniquement locale...