Scrum 6 : les nouveautés

Quoi de neuf dans cette nouvelle édition de mon livre Scrum ?

Scrum 6 : les nouveautés

Je ne vais pas vous faire une release note qui décrirait tous les changements depuis l’édition 5. J’y ai passé des mois, j’ai presque tout changé. Voici un aperçu des nouveautés les plus marquantes.

Lors de la sortie de l’édition 5 en mai 2018, je disais déjà que j’avais presque tout réécrit. J’avais aussi écrit à la fin de l’article qu’il n’y aurait pas d’édition 6, va falloir que j’explique pourquoi j’ai changé d’avis.

Apparence externe

Je n’ai pas osé l’ouvrir dès que le facteur me l’a apporté, je l’ai juste senti et placé à côté de l’édition 5. Les différences visibles :

  • une nouvelle image de couverture, avec un dessin d’Etienne Appert (qui a illustré L’art de devenir une équipe agile),
  • un nouveau sous-titre,
  • un nouveau texte pour la 4e de couverture,
  • moins de pages.

En effet, le livre est plus mince que Scrum 5. Une cinquantaine de pages en moins (j’ai supprimé des chapitres, mais je ne m’attendais pas à autant de différences). Il fait 305 pages, ce qui fait qu’il y a de la place pour prendre des notes, avec des pages ajoutées pour compléter le feuillet (c’est technique).

Structure

  • des parties en plus des chapitres,
  • un simple résumé en fin de chapitre,
  • les antipatterns intégrés au bon endroit plutôt qu’en fin de chapitre,
  • une réorganisation importante de la séquence, comme les rites placés plus loin et l’affinage mis avec.

Je trouve cette structure bien meilleure, j’espère qu’elle facilitera la lecture. J’ai passé du temps à la peaufiner avec une mindmap sur cinq niveaux : livre, parties, chapitres, niveau 1 et niveau 2. Cela donne une belle table des matières de 12 pages.

Vocabulaire

J’ai repris des choix de mots faits pour L’art de devenir une équipe agile, comme rite (au lieu du médiocre événement du guide Scrum). J’ai pris la liberté, pour cette dernière version, de remplacer des mots issus de Scrum, que je conservais par discipline alors que je les trouvais mal choisis. Par exemple, j’ai remplacé inspection & adaptation par réflexion et amélioration.

Pour un membre de l’équipe, je ne dis pas développeur, j’ai choisi coéquipier.

J’utilise beaucoup deux mots : don et coopération. Au-delà du vocabulaire, c’est le reflet de l’orientation que je souhaite donner.

Dans L’art de devenir une équipe agile, je m’étais amusé à placer un mot peu usité (comme hétérotopie) dans chaque partie. Pas de ça dans le Scrum 6, vous avez même échappé — de peu — à convivance.

Styles

L’amélioration principale porte sur les admonitions (pas trouvé de traduction). Ce sont des parties de texte mise en évidence pour faire une digression dans le fil de lecture pour aider à la compréhension. J’en avais déjà dans les éditions précédentes, mais ce n’était pas cohérent sur tout le livre.

Dans l’édition 6, j’utilise les admonitions suivantes :

  • note,
  • exemple (avec une icone chat1),
  • conseil (tip),
  • question/réponse,
  • citation.

J’ai fait un gros effort, car ce n’est pas si simple de différencier entre une note et un conseil, et de les utiliser à bon escient. Le résultat n’est sûrement pas parfait mais c’est déjà mieux.

Pour l’édition 5, j’étais passé à l’écriture inclusive. Je n’ai reçu aucun feedback sur cette initiative. Sachant que cela demande des efforts importants (pour coéquipier coéquipière par exemple), je ne poursuis pas l’expérience pour cette nouvelle édition.

Préface

Après François Beauregard pour la première édition, c’est Pablo Pernot qui m’avait écrit la préface de l’édition 4, que nous avions conservée pour l’édition 5.

La situation de Scrum et de l’agilité ayant changé, j’ai demandé à Pablo s’il avait envie de la mettre à jour pour cette nouvelle édition. Il a accepté. Je ne savais pas si elle serait en phase avec l’orientation — moins commerciale, plus radicale — que je donnais.

En fait Pablo a écrit une nouvelle préface. Avec son style toujours flambant, il dresse un constat2 impitoyable de l’utilisation de Scrum et l’agilité qui introduit parfaitement mon contenu.

Un contenu qui a donc beaucoup changé…


  1. Il y a même des photos de chats dans le livre, vous comprendrez pourquoi. ↩︎

  2. Vous en aurez un aperçu avec son dernier article Ceci n’est pas du Scrum↩︎

Voir aussi