Cinq parties dans Scrum six

Des chapitres regroupés dans des parties

Cinq parties dans Scrum six
Sommaire

Un livre est composé de chapitres ; parfois il y a plusieurs parties, chacune contenant les chapitres. C’est un niveau de structuration supplémentaire que j’introduis dans l’édition 6 de Scrum. Il me semble que ce sera utile pour les lecteurs et lectrices.

Une édition 6 douze ans après

Je prends le temps de la réflexion pour cette nouvelle édition de Scrum, la dernière d’un ouvrage paru pour la première fois en 2010. C’est donc au cours de l’été 2009 que je me posais pour la première fois la question de la structure en chapitres. En parcourant mon blog je retrouve cet article d’octobre 2009 qui donne le plan de la première édition :

  1. Scrum sous la bannière de l’agilité
  2. Des sprints pour une release
  3. Le Product Owner
  4. Le ScrumMaster et l’équipe
  5. Le backlog de produit
  6. La planification de release
  7. La planification de sprint
  8. Le scrum quotidien
  9. La revue de sprint
  10. La rétrospective de sprint
  11. La signification de fini
  12. Adapter Scrum au contexte
  13. De la vision aux stories
  14. De la story aux tests
  15. Estimations, mesures et indicateurs
  16. Scrum et l’ingénierie du logiciel
  17. Les outils Scrum
  18. La transition à Scrum
  19. Scrum en France

Cette structure a légèrement évolué dans les éditions successives. L’édition 5 comporte 22 chapitres.

L’édition 6 paraitra en 2022 ; des chapitres de la première édition seront toujours là, par exemple Product Owner, backlog, planification, revue, rétrospective et ingénierie du logiciel, d’autres ont changé de nom ou de périmètre et puis il y en a des nouveaux. Mais, en gros, le livre comportera toujours une vingtaine de chapitres.

Des parties en plus des chapitres

En ce qui concerne la structure, la nouveauté de cette nouvelle édition sera la notion de parties.

Plan de l’art

En écrivant L’art de devenir une équipe agile, je m’étais demandé comment organiser le livre. J’avais trouvé assez vite une structure qui répondait à des questions, comme le montre la fresque du livre.

On trouve ces questions :

  • pourquoi ?
  • avec qui ?
  • avec quoi ?
  • quand ?
  • comment ?
  • par où ?
  • et après ?

QQOQCP

Bien sûr, ce questionnement remonte à loin. À Quintilien, le plus célèbre professeur de rhétorique de la Rome impériale. Sa méthode, dite du QQOQCP, consiste à pouvoir répondre à six questions essentielles : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?

En rhétorique, cela permet de cerner les circonstances : la personne, le fait, le lieu, le temps, la manière et les motifs.

Scrum 6

Dans Scrum 6, j’ai un peu changé l’intitulé des questions pour l’adapter à mon propos. Il y aura 5 parties plus une introduction.

  1. Scrum, un outil de l’agilité. L’introduction répond au pourquoi. Elle introduit, aussi.
  2. L’écosystème. Cette partie répond à Avec qui ? On y voit deux nouveaux chapitres : Le coéquipier et Les parties prenantes.
  3. Les boucles. Cette partie répond à deux questions. La première c’est Avec quoi ? Avec quoi on fait les boucles, cela revient à parler de ce qui alimente la boucle (le backlog) et de son résultat. La deuxième question c’est le Quand, en exprimant à quel rythme se déroulent les boucles.
  4. Le prélude. Dans l’édition 5, le prélude ne faisait qu’un seul chapitre, il prend de l’ampleur en devenant une partie. Elle répond à la question Comment ? Plus exactement comment commencer.
  5. Les rites. Cette partie est toujours sur le Comment ? C’est comment continuer une fois qu’on a commencé.
  6. Les coopérations

J’avais d’abord envisagé de nommer la dernière partie Scrum, et après ? Puis en travaillant sut la partie Mob programming avec Anthony, la lumière m’est apparue. Cette dernière partie allait s’appeler Les coopérations. J’ai basé le travail en équipe sur la coopération (plutôt que la collaboration), le prélude présente comment enclencher cette coopération et les rites comment la poursuivre. Cependant l’équipe ne passe qu’une petite proportion de son temps dans les rites, c’est pourquoi j’insiste sur la poursuivre. Voici le contenu de cette partie :

  • Coopérer pour donner un logiciel de qualité
  • Coopérer pour prévoir
  • Coopérer pour plus de fluidité
  • Coopérer à plusieurs équipes
  • Coopérer pour s’améliorer

Et le où ?

On notera que le Où ? du QQOQCP ne fait pas l’objet d’une partie ni même d’un chapitre. C’est pourtant une question qui sera particulièrement abordée dans l’édition 6, à propos du télétravail, dont je parlerai à plusieurs occasions.

L’ordre des parties et chapitres

Je suis content avec cette structure en parties et en chapitres. J’ai une tendance à structurer qu’on retrouve, de façon peut-être exagérée, dans cet article de blog.

Similarité avec le backlog

Partie, c’est une nouvelle notion dans mon livre qui me parait similaire de celle de fonctionnalité dans un backlog. Une fonctionnalité contient des stories comme la partie contient des chapitres. Et je considère que le chapitre, comme la story, est utile pour avancer, mais que c’est une unité trop petite pour être donnée aux utilisateurs. D’ailleurs ce sont des parties, pas de simples chapitres, que je donne à mes relecteurs et relectrices pour obtenir leur feedback.

Séquence de lecture

Cependant, j’ai une nouvelle interrogation sur l’ordre dans lequel présenter les choses. Un livre, c’est une séquence.

Vous avez noté que l’ordre proposé par Quintilien, c’est :

Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?

Bon, mettre le pourquoi en premier dans l’intro, ça ne me pose pas de question. Mon éditeur m’a incité à placer la partie prélude avant celle sur les rites, ce qui finalement est logique.

Je me suis posé des questions aussi sur :

  • l’ordre entre les parties 1 (l’équipe) et 2 (les boucles), laquelle mettre en premier ?
  • dans la partie 1, le chapitre sur le coéquipier ne devrait-il pas arriver avant ceux sur les SM et PO qui, finalement, sont aussi des coéquipiers ?

Finalement, j’ai mis l’équipe avant les boucles et le coéquipier avant le Product Owner et le Scrum Master.

Voir aussi